Rocroi,
      mémoire de pierres













 

Lys.GIF (1381 octets)Quelques recettes d'ArdenneLys.GIF (1381 octets)

 

Pour plus de recettes ou plus de renseignements, on peut joindre
l’Office de Tourisme de Rocroi ou les auteurs par courrier électronique.


La Bayenne

Laver soigneusement des pommes de terre moyennes, nouvelles, des « quarantaines » de préférence (qui ne se « défont pas »), ou des « Cornes dé gate », non épluchées et les couper en deux dans le sens de la longueur. Tapisser le fond de la cocotte en fonte avec ces moitiés de pommes de terre, les faces coupées tournées vers le fond du récipient ; parsemer assez abondamment d'oignons et échalotes et superposer un nouveau lit de pommes de terre, oignons et échalotes, ainsi de suite selon la hauteur de la cocotte et le nombre des convives. Sur le dessus, ajouter deux ou trois gousses d'ail coupées, deux feuilles de laurier, un brin de thym, un bouquet de persil, du poivre, du gros sel et un petit verre d'eau. Mettre sur feu vif, puis baisser la flamme ; on entend au bruit qui sort de la cocotte, le degré et le rythme de la cuisson. Les pommes de terre doivent cuire en grande partie à la vapeur et sans que le couvercle de la cocotte ne soit soulevé. On sait quand les tubercules sont cuits grâce à la bonne et vague odeur de « légèrement cramé » qui se dégage. Les fins cordons bleus ne s'y trompent pas, (il faut compter entre une demi-heure et trois-quarts d'heure de cuisson selon la variété des pommes de terre).

C'est alors le moment d'amener la lourde cocotte en fonte C'est alors le moment d'amener la lourde cocotte en fonte au milieu de la table où les enfants se disputeront les légumes brunis du fond ! On sert la bayenne avec des tartines beurrées, du jambon d'Ardenne ou des filets de harengs saurs ou encore des sorets (harengs saurs fumés), accompagnée soit d'une sauce mayonnaise soit d'une vinaigrette bien relevée à la moutarde, aux herbes et oignons coupés très fins.

La fricassée de pommes de terre, avec ou sans viande faisait partie du menu des jours ordinaires. On la mangeait avec une grande salade. C'était bien souvent, le plat des pauvres gens.